jean taille 50 pourquoi?

Pourquoi une énième série sur un jean?

 

Quel photographe n'a pas fait une série avec de jolies nanas pour seul vêtement un jean?

 

Il y a des portraits, un esprit "mode", du glam, des nus, certaines montrent, d'autres pas... vu et revu!

alors pourquoi?

 

Au printemps 2015, j'ai fait enfiler à une de mes modèles un de mes jeans préféré... pour "délirer" bien sur!

 

Et là de m'apercevoir ce que je savais déjà sans trop me l'avouer : "on peut en mettre deux comme toi dans un seul de mes jeans!!"

 

C'est le déclic!... 126 Kg!!! ça ne peut plus durer comme ça il faut que je perde du poids!

 

Cette série fut d'abord une sorte de "thérapie" et décembre 2015 j'avais perdu 30 kg... bravo!!

 

Mais l'histoire ne s'arrête pas là : Au fur et à mesure des personnes rencontrées et séduites par cette série, elle a évolué.

Il n'y a pas réellement de message, de revendication sur la beauté du physique quel qu'il soit ou même sur un quelconque culte de la minceur comme j'ai pu entendre.

C'est si évident : chacun est beau de ce qu'il est, à sa façon. L'essentiel n'est il pas d'être en bonne santé, bien dans ses pompes et beau dans le regard de ceux qui nous aiment.

Ce serait si bien d'ailleurs que la première personne qui aime nous regarder, ce soit nous mêmes!

 

"on brille à l'extérieur de la lumière qui est en nous"

 

Donc, un seul vêtement : ce jean... comme seul lien entre les gens, un fil conducteur, sans artifice, rien que soi... sans filet!

 

Et chacune utilisant ce moyen de s'exprimer avec sa personnalité, un ou plusieurs traits de celle ci voire sortir de sa zone de confort et ce que l'on a l'habitude d'être face aux autres : "comment habites tu ce vêtement?"

 

Ce qui s'en dégage, de façon un peu naïve de ma part, est la notion de pudeur propre à chacune.

 

Certaines vont être dans la retenue, d'autres plus éxhubérantes, dans le rire ou la démonstration d'une grande liberté d'être.

Dans tous les cas, on a plus de facilités à incarner un rôle, jouer à être le modèle et se cacher derrière un personnage que se livrer soi.

 

"La vraie pudeur est celle du coeur et non celle du corps"

 

Au final, qu'est ce qui reste?

 

Cela reste du "portrtait"... c'est à dire cette tentative d'aller chercher qui est réellement cette personne au fond d'elle même, tout ou partie et de le transmettre en image, sans jugement, pour lui montrer qui elle est vraiment et non telle qu'elle se voit : cette vision de soi faussée par tout ce que l'on peut entendre de notre entourage familial, amical, professionnel... (faites donc un tour sur la page "Philippothérapie")

 

à la question que l'on me pose souvent devant l'objectif : "bon qu'est ce que je dois faire?" je réponds systématiquement :

 

"Il ne suffit pas de faire, il faut être"